Birmanie : quatre ans de prison supplémentaires contre Aung San Suu Kyi

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La junte birmane resserre encore son emprise sur Aung San Suu Kyi : l'ex-dirigeante a été condamnée à quatre ans de prison supplémentaires dans l'un des volets de son procès au terme duquel elle risque des décennies de détention. Aung San Suu Kyi, assignée à résidence depuis le coup d’État militaire du 1er février 2021, a été notamment reconnue coupable d'importation illégale de talkies-walkies, d'après une source proche du dossier. Elle avait déjà été condamnée en décembre à quatre ans de détention pour avoir enfreint les restrictions sur le coronavirus, une sentence ramenée à deux ans par les généraux au pouvoir. 

 

>> A LIRE AUSSI - Aung San Suu Kyi : «Il n'y a plus personne pour s'émouvoir de son sort»

Un lieu de détention tenu secret

La lauréate du prix Nobel de la paix, âgée de 76 ans, purge cette première peine dans le lieu où elle est tenue au secret depuis son arrestation il y a près d'un an.

Le comité Nobel norvégien, qui attribue le Nobel de la paix, a dénoncé lundi le "jugement politique" prononcé le même jour contre l'ancienne dirigeante birmane, lauréate du prix en 1991. "Le dernier jugement contre Aung San Suu Kyi est un jugement politique", a réagi la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen, dans une déclaration.


Retrouvez cet article sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles