Birmanie : le parti d’Aung San Suu Kyi menacé de dissolution

·1 min de lecture
Aung San Suu Kyi, 75 ans, n'a pas été vue en public depuis son arrestation lors du putsch.
Aung San Suu Kyi, 75 ans, n'a pas été vue en public depuis son arrestation lors du putsch.

En Birmanie, la Ligue nationale pour la démocratie (LND) ? le parti politique d'Aung San Suu Kyi ? est menacée de dissolution par les responsables de la junte militaire, qui ont mené le putsch et arrêté l'ex-dirigeante civile du pays il y a bientôt quatre mois. Des accusations de fraudes aux dernières élections législatives sont invoquées. L'enquête menée sur les résultats de ces élections de novembre 2020 est quasiment achevée, a ajouté vendredi le président de la commission électorale de l'Union de la Birmanie, Thein Soe.

« Qu'allons-nous faire avec le parti qui a (agi) illégalement, devrions-nous dissoudre le parti ou inculper ceux qui ont commis (ces actions illégales) en tant que traîtres envers la nation ? Nous allons réfléchir et envisager d'entreprendre cette action », a-t-il déclaré dans une vidéo postée sur le compte Facebook d'un média local.

La commission électorale a rencontré vendredi les partis politiques pour discuter de possibles modifications du système électoral, mais la LND n'était pas représentée à cette réunion. Le chef de la junte, le général Min Aung Hlaing, a justifié le coup d'État en invoquant des allégations de fraudes aux législatives de novembre, massivement remportées par la LND. Un média local a rapporté jeudi que la junte a supprimé la limite d'âge pour la mise à la retraite des généraux, ce qui permettrait au général Min Aung Hlaing de rester en fonction même après ses 65 ans en juillet.

La répression sanglante a fait des cen [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles