En Birmanie, les opposants paralysent Rangoun : "Nous ne sommes pas devenus faibles"

·1 min de lecture

En Birmanie, pas de répit pour les opposants à la junte militaire. Malgré la répression et l'armée qui quadrille les rues, les manifestants sont chaque jour très nombreux et, mercredi matin, les militants ont même réussi à paralyser en partie le centre de Rangoun, la capitale économique du pays. Pour ces Birmans, il s'agissait de réaliser un coup de force après les cortèges plutôt clairsemés de ces derniers jours. Le régime militaire n'avait d'ailleurs pas manqué de souligner cette baisse de la mobilisation, signe d'un essoufflement de la contestation.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Un centre-ville bloqué par les voitures

Mercredi, les militants étaient donc plusieurs dizaines de milliers à braver les restrictions en vigueur dans le pays. Certains parlent même de plus de 100.000 personnes descendues dans les rues de la ville.

" On voulait montrer qu'on n'est pas devenu faibles "

Le mot d'ordre était de venir en voiture et ainsi de paralyser le centre-ville pour empêcher les forces de l'ordre d'intervenir, raconte Thantar Win, une guide touristique francophone qui a passé la journée au milieu de la foule. "Avec les voitures privées et les les taxis, on a bloqué quatre kilomètres carrés, à côté de l'hôtel de ville. On doit fait très attention car, tout autour, il y a beaucoup de stations de police, avec des soldats", explique-t-elle. "Mais aujourd'hui, on voulait montrer qu'on n'est pas devenu faibles. Les autres jours...


Lire la suite sur Europe1