Birmanie : des opposants à la junte militaire fuient le pays pour s'exiler en Inde

Ils ont fui à travers les montagnes birmanes au péril de leur vie. Des réfugiés birmans viennent tout juste de traverser illégalement la frontière indienne. Une femme porte son neveu d'un an. Leur voyage a duré deux jours en voiture, puis à pied. Des passeurs les guident sur un sentier rocailleux. "C'était risqué de passer la frontière, mais le plus risqué, c'était de rester en Birmanie. Les militaires sont prêts à nous tirer dessus à tout moment. Ils peuvent même entrer chez les gens et les tuer. Alors oui, passer la frontière était risqué, mais nous devions nous enfuir", explique un réfugié birman. Trois doigts levés Tous sont des soutiens d'Aung San Suu Kyi, la leadeuse politique renversée par la junte militaire. Une femme de 67 ans était même députée au Parlement. Depuis le coup d'État, elle vivait cachée : "Cela fait déjà longtemps que j'ai quitté ma maison : plus d'un mois environ." Le groupe se presse, craignant les patrouilles indiennes. Dans la voiture qui les conduit loin de la frontière, chez des proches déjà installés en Inde, ces exilés s'offrent enfin un instant de répit. Le temps d'une photo, ils posent avec les trois doigts levés, le symbole du mouvement de protestation.