En Birmanie, une ONG dénonce la présence d’enfants parmi les victimes de la junte

Des visages d’enfants et de jeunes adolescents souriants illustrent une enquête publiée sur le site d’opposition à la junte birmane The Irrawaddy. Elle met en avant le destin brisé de mineurs victimes de la répression. Ils seraient au moins une cinquantaine. L’histoire d’une enfant de 11 ans fait même la Une du New York Times. Alors qu’elle cueille des noix de coco dans son jardin, elle est tuée d’une balle en pleine tête. “Dans les bras de son père” Quelques jours plus tôt, une fillette a été abattue alors qu’elle se trouvait dans sa maison, en compagnie de ses parents. “Elle était dans les bras de son père. Les soldats sont entrés, ils ont visé la fillette et ont tiré volontairement (...) Ces militaires ne se comportent pas comme des êtres humains", raconte une opposante. Des images filmées par une caméra de vidéosurveillance montrent, quant à elles, un soldat tirer - sans raison apparente - sur trois jeunes à scooter. La junte dément toute responsabilité dans l’assassinat de ces enfants.