Birmanie : des milliers de manifestants contre le coup d’État militaire dans les rues de Rangoun

Les rues de Rangoun (Birmanie) voient deux camps s’opposer dans la rue : les manifestants et la police anti-émeute. Les militants, souvent très jeunes, font entendre leurs revendications de manière pacifique et ce, de jour comme de nuit. Ils s’élèvent contre le coup d’État militaire qui a eu lieu lundi 1er février dans le pays. “La dictature militaire n’est conforme à aucune loi”, dénonce un jeune homme. “Nous nous battrons jusqu’au bout !”, scande un autre manifestant. Aung San Suu Kyi arrêtée L’armée s’est emparée du pouvoir lundi 1er février. Chef du gouvernement du pays, Aung San Suu Kyi a été arrêtée. Selon son avocat Khin Maung Zaw, elle serait assignée à résidence mais à son domicile et non à la résidence du gouvernement. Il n’a pas été autorisé à la voir. Des menaces de sanction contre la Birmanie ont été annoncées par l’Union européenne et les États-Unis. De son côté, bloqué par la Russie et la Chine, le Conseil de sécurité de l’ONU n’a pas dénoncé un putsch.