Birmanie : "Des fonctionnaires, des étudiants, des médecins" parmi les manifestants contre le coup d'État, d'après le journaliste Guillaume Pajot

franceinfo
·1 min de lecture

"Des fonctionnaires, des étudiants, des médecins", figurent dans les cortèges de Birmans descendus dans les rues pour protester contre le coup d'État militaire, a expliqué sur franceinfo Guillaume Pajot, journaliste indépendant pour Géo ou encore la revue XXI. Plusieurs milliers se sont rassemblés samedi 6 février à Rangoun, à l'heure où l'accès à internet est très perturbé d'après les ONG, et où Twitter a été bloqué par les militaires qui ont renversé, lundi, le pouvoir en place et emprisonné des dirigeants, dont Aung San Suu Kyi.

franceinfo : Comment certains Birmans expriment-ils leur désapprobation du coup d'État ?

Guillaume Pajot : Depuis le début, il y a une colère qui s'est fait sentir, d'abord par de la désobéissance civile. Il y a des fonctionnaires qui ne vont pas travailler, des étudiants qui se rassemblent devant leur université, et des médecins également. En pleine pandémie, tous ne vont pas travailler et affichent des slogans, des gestes assez forts. Et là, ce qu'on voit en train de monter depuis, depuis deux jours, ce sont des manifestations, on va dire un peu plus classiques, mais également impressionnantes. Ce qu'on a pu observer ce matin, c'est que les forces militaires n'étaient pas présentes sur le site de la manifestation, c'était les policiers qui étaient là, ce qui est déjà un bon signe en termes de contrôle et aussi le fait que cette manifestation s'est déroulée plutôt dans le calme. Elle est en train de se disperser ce samedi matin. On ne parle (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi