Birmanie : la contestation s’amplifie, Internet perturbé

Source AFP
·1 min de lecture
Des manifestants défilent contre le coup d'État à Yangon, en Birmanie, le 6 février. (illustration)
Des manifestants défilent contre le coup d'État à Yangon, en Birmanie, le 6 février. (illustration)

Plusieurs milliers de Birmans manifestaient samedi 6 février à Rangoun, le plus gros rassemblement depuis le coup d'État contre Aung San Suu Kyi, tandis que les généraux putschistes, avec qui l'ONU a établi un premier contact, censuraient Internet. « À bas la dictature militaire », criaient des contestataires dans la capitale économique, agitant des drapeaux rouges aux couleurs de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti de l'ex-dirigeante de 75 ans, arrêtée lundi. D'autres faisaient le salut à trois doigts, un geste de résistance emprunté au cinéma américain.

Les forces de l'ordre s'étaient déployées en nombre, bloquant plusieurs routes à proximité et installant deux canons à eau, selon des journalistes de l'AFP présents sur place. Le pays connaît, pour la seconde fois cette semaine, d'importantes coupures du réseau Internet sur l'ensemble du territoire constatait samedi l'ONG de surveillance d'Internet, NetBlocks. Ces importantes perturbations « ont commencé vers 10 heures » heure locale, a fait savoir l'organisation.

À LIRE AUSSIBirmanie : le coup de force surprise de l'armée contre Aung San Suu Kyi

Blocage des réseaux sociaux

L'accès à Twitter et Instagram avait été restreint vendredi soir pour tenter de faire taire la contestation, surtout sur les réseaux sociaux où les hashtags #WeNeedDemocracy, #HeartheVoiceofMyanmar, #Freedomfromfear ont été utilisés des millions de fois. Le groupe norvégien Telenor, l'un des principaux opérateurs de téléc [...] Lire la suite