Birmanie: Aung San Suu Kyi nie toute "intention génocidaire" contre les Rohingyas

1 / 2

Birmanie: Aung San Suu Kyi nie toute "intention génocidaire" contre les Rohingyas

L'armée birmane a peut-être fait usage d'une "force disproportionnée" lors des exactions contre la minorité musulmane rohingya, mais jamais avec une "intention génocidaire", a déclaré mercredi l'ancienne icône de la démocratie Aung San Suu Kyi devant la Cour internationale de justice (CIJ).

La cheffe de facto du gouvernement birman est apparue ferme et déterminée à la tête de la délégation birmane devant la Cour, où elle défend personnellement l'intérêt de son pays, à majorité bouddhiste, mis en cause par la Gambie, au nom du monde musulman, pour les massacres et persécutions contre la minorité musulmane des Rohingyas.

740.000 Rohingyas ont dû fuir la Birmanie depuis 2017

Depuis août 2017, quelque 740.000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir les exactions de l'armée birmane et de milices bouddhistes, qualifiées de "génocide" par des enquêteurs de l'ONU. Des milliers de personnes ont été tuées et violées.

La Gambie, mandatée par les 57 États membres de l'Organisation de la coopération islamique, estime que la Birmanie a violé la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, un traité de droit international approuvé en 1948.

Autrefois saluée par la communauté internationale pour son opposition à la junte militaire birmane, Suu Kyi, lauréate du prix Nobel de la paix en 1991, se tient désormais du côté de l'armée de l'Etat de l'Asie du Sud-Est, en proie à un "conflit armé...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi