Birmanie : Aung San Suu Kyi face à la justice

Source AFP
·1 min de lecture
Aung San Suu Kyi est poursuivie pour quatre chefs d'accusation, dont « incitation aux troubles publics ».
Aung San Suu Kyi est poursuivie pour quatre chefs d'accusation, dont « incitation aux troubles publics ».

Ces deux derniers mois, plus de 535 personnes, dont de nombreux étudiants, adolescents et jeunes enfants, ont été tuées par les forces de sécurité du pays. Ce jeudi 1er avril, l'ex-dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, détenue depuis le coup d'État militaire du 1er février, a comparu en visioconférence devant le tribunal de Naypyidaw, la capitale. Cette audience portait sur des questions administratives comme la désignation officielle des huit avocats de son équipe de défense. La veille, l'émissaire de l'ONU avait quant à lui sévèrement mis en garde la Birmanie contre un risque de « guerre civile » et de « bain de sang imminent ».

Au cours de cette comparution, Aung San Suu Kyi paraissait en « bonne condition physique », a commenté l'un des avocats. Elle était « brillante et charmante comme toujours », a de son côté déclaré Me Khin Maung Zaw. « Elle a demandé une rencontre entre elle et ses avocats, une réunion privée pour donner ses instructions à sa défense et discuter de l'affaire sans ingérences extérieures de la police ou des forces armées », a-t-il ajouté, alors que son équipe de défense l'avait vue la veille par vidéo et sous surveillance policière pour la première fois depuis le putsch. La prochaine audience est fixée au 12 avril.

La lauréate du prix Nobel de la paix 1991 est poursuivie pour quatre chefs, dont « incitation aux troubles publics ». Des accusations d'avoir perçu plus d'un million de dollars et onze kilos d'or de pots-de-vin s'y ajoutent [...] Lire la suite