Birmanie: Aung San Suu Kyi condamnée à six ans d'incarcération supplémentaires

La junte birmane resserre son étau contre Aung San Suu Kyi. Un tribunal militaire a condamné ce lundi 15 août l'ex-dirigeante à six ans de prison pour corruption. Cette peine vient s'ajouter à onze ans de prison prononcés au cours d'un procès fleuve, qui avait été dénoncé comme politique par la communauté internationale.

« Un affront à la justice et à l'État de droit », c'est en ces termes qu'a réagi un porte-parole du département d'État américain, qui a appelé à la libération immédiate d'Aung San Suu Kyi.

L'opposante birmane, âgée de 77 ans, a été arrêtée il y a un an et demi, puis placée en détention dans une prison de Naypyidaw, fin juin. Depuis, dans des procès à huis clos, jugés politiques par ses proches, la lauréate 1991 du prix Nobel de la paix a été condamnée en tout à 17 ans de détention.

Aung San Suu Kyi est visée par une multitude d'infractions : violation d'une loi sur les secrets d'État datant de l'époque coloniale, fraude électorale, sédition, corruption. Elle risque des décennies de prison.

De nombreuses voix dénoncent un acharnement judiciaire motivé par des considérations politiques, avec pour objectif d'écarter de manière définitive de la vie publique et politique la fille du héros de l'indépendance et grande gagnante des élections de 2015 et 2020.

►À relire : En Birmanie, Aung San Suu Kyi placée à l'isolement dans une prison de la capitale


Lire la suite sur RFI