Birmanie: Aung San Suu Kyi accusée de violation des secrets d'Etat

·2 min de lecture
BIRMANIE: AUNG SAN SUU KYI ACCUSÉE DE VIOLATION DES SECRETS D'ETAT

(Reuters) - L'ancienne dirigeante birmane Aung San Suu Kyi a été inculpée jeudi de violation d'une loi sur les secrets d'Etat datant de l'époque coloniale, la charge la plus lourde retenue contre elle jusqu'à présent, a annoncé son avocat.

Une autre avocate avait déclaré plus tôt à Reuters qu'aucune charge supplémentaire n'avait été retenue jeudi par la justice contre l'ancienne égérie de la lutte pro-démocratie en Birmanie, renversée par un coup d'Etat militaire le 1er février.

Mais son principal avocat, Khin Maung Zaw, a déclaré par téléphone à Reuters qu'Aung San Suu Kyi, trois de ses anciens ministres et un conseiller économique australien avaient été inculpés il y a une semaine en vertu de la loi sur les secrets d'Etat.

Les accusés risquent jusqu'à 14 ans de prison s'ils sont reconnus coupables de trahison.

Un porte-parole de la junte militaire n'a pas répondu aux sollicitations de Reuters.

La répression des manifestations a fait depuis deux mois au moins 538 morts, selon une organisation locale de défense des droits de l'homme.

Le pouvoir militaire, qui ne parvient pas à mettre fin à la contestation, a ordonné jeudi aux fournisseurs d'internet de couper les réseaux sans fil jusqu'à nouvel ordre, a-t-on appris de sources dans le secteur des télécoms.

Aung San Suu Kyi, âgée de 75 ans, a comparu jeudi par visioconférence devant un tribunal pour répondre des délits mineurs dont elle était jusqu'alors accusée, comme le non respect des règles de lutte contre le coronavirus.

La lauréate du prix Nobel de la paix en 1991 semble être en bonne santé, a déclaré son avocate, Min Min Soe.

(Bureaux de Reuters, version française Myriam Rivet et Tangi Salaün, édité par Nicolas Delame)