Birmanie : Aung San Suu Kyi condamnée à 7 ans de prison supplémentaires pour corruption

© REUTERS/Soe Zeya Tun/File Photo

Lauréate du prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi a été condamnée à sept années supplémentaires de prison par le tribunal de la junte birmane, pour corruption. Ce verdict s'ajoute à la peine de 26 ans précédemment prononcée, soit un total de 33 ans derrière les barreaux. Lors d'une audience tenue à huis clos vendredi, l'opposante de 77 ans a été reconnue coupable de plusieurs infractions liées à la location et à l'utilisation d'un hélicoptère, prêté à un ministre, alors qu'elle était la dirigeante de facto du Myanmar. Elle avait déjà été reconnue coupable d'importation et de possession illégales de talkies-walkies, de violation des restrictions liées au coronavirus, de violation de la loi sur les secrets officiels du pays, de sédition et de fraude électorale.

Icône désavouée pour son inaction face aux exactions contre les Rohingyas , Aung San Suu Kyi a dirigé la Birmanie pendant cinq ans à partir de 2016, mettant ainsi fin à un régime militaire vieux de 49 ans, avant que l'armée ne parvienne à renverser son gouvernement en février 2021. Elle est incarcérée depuis ce coup d'État , souvent placée à l'isolement, et accusée de multiples crimes qualifiés de simulacre par les groupes de défense des droits humains. Pour Phil Robertson, directeur adjoint pour l'Asie pour l'ONG Human Rights Watch, ces multiples condamnations sont « synonymes de prison à perpétuité » au vu de l'âge de la détenue, comme il l'explique à l'Agence France-Presse.

Quel sera son sort ?

« C'est la fin d'une ...


Lire la suite sur LeJDD