Birmanie : la police tire des balles en caoutchouc contre les manifestants

Source AFP
·1 min de lecture
Des manifestants brandissent le portrait de la dirigeante renversée Aung San Suu Kyi.
Des manifestants brandissent le portrait de la dirigeante renversée Aung San Suu Kyi.

Malgré les menaces de représailles lancées par les généraux putschistes, des manifestants ont commencé à se rassembler dans plusieurs villes de Birmanie. Canons à eau, tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes... les forces de l'ordre tentent de décourager les manifestants. À Naypyidaw, la capitale construite par la junte au c?ur de la jungle, la police a tiré des balles en caoutchouc sur des manifestants, selon des témoins. Un peu plus tôt, les forces de l'ordre avaient fait un usage répété des canons à eau contre un petit groupe de contestataires qui refusaient de se disperser devant un barrage des forces de l'ordre.

À Mandalay, la deuxième ville du pays, la police a tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants, selon des témoins. Les forces de l'ordre « ont tiré ces gaz contre des manifestants qui agitaient des drapeaux de la Ligue nationale pour la démocratie », le parti d'Aung San Suu Kyi, a raconté une habitante de la ville. « Nous leur avons donné de l'eau pour les aider. » Les autorités ont interdit la veille les rassemblements de plus de cinq personnes à Rangoun, Naypyidaw et dans d'autres villes du pays. Un couvre-feu a été décrété.

Bravant les menaces, les manifestants sont à nouveau descendus mardi en nombre dans les rues. À Rangoun, la capitale économique, des contestataires se sont rassemblés près du siège de la LND. « Pas de dictature ! », « nous voulons notre chef ! », Suu Kyi, détenue au secret depuis son arrestation le 1er févri [...] Lire la suite