Biorégionalisme : le concept qui entend penser politique et territoire à l'échelle du vivant

·1 min de lecture

Les concepts de décroissance, relocalisation, effondrement font leur chemin dans le monde militant. Sur cet arrière-plan, un autre concept se diffuse au sein de l'écologie radical : le biorégionalisme.

"[C]omme le rappellent de nombreux travaux scientifiques, la perspective la plus probable pour les décennies à venir est celle d’une raréfaction croissante de nombreuses matières premières vitales pour l’économie moderne – en particulier les énergies fossiles et les métaux. Soulevant des risques en termes de sécurité d’approvisionnement et de volatilité des prix, la dégradation de la disponibilité de certaines ressources aurait un impact direct sur l’économie des métropoles. Parce qu’elles concentrent les activités économiques et les populations, les métropoles consomment énormément de ressources naturelles, alors même qu’elles n’en produisent quasiment pas, une situation qui les rend fortement dépendante de ressources provenant de territoires extérieurs plus ou moins lointains."Ces propos ne sont le fait ni de décroissants ni de "collapsologues", mais d'un rapport de la métropole de Lyon datant d'avril 2017 ("Réduire la dépendance matérielle de l'économie lyonnaise, un enjeu de compétitivité et de résilience"). Depuis, la gestion de la crise sanitaire par les États a montré la vulnérabilité de sociétés hyper-énergivores et alerté quant à la dépendance à l'importation de denrées depuis des lieux éloignés de ceux où elles sont consommées. L'épuisement des gisements...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République