Le biologiste américain E.O. Wilson, spécialiste des fourmis, est mort

·1 min de lecture

Le scientifique, qui est mort le 26 décembre dans le Massachusetts, "a consacré sa vie à étudier le monde naturel et à inspirer les autres à en prendre soin comme il l'a fait", a indiqué la fondation qui porte son nom.

Le grand scientifique américain Edward O. Wilson, expert de renommée internationale sur les fourmis qui fut surnommé "l'héritier de Darwin", est mort à 92 ans, .

Deux prix Pulitzer

Edward Osborne Wilson, qui a longtemps enseigné à l'Université de Harvard, a écrit des dizaines de livres dont deux lui ont valu des prix Pulitzer : le premier en 1978 pour "L'humaine nature", le deuxième en 1990 pour "Les fourmis" ("The ants"). Le scientifique, qui est mort le 26 décembre dans le Massachusetts, "a consacré sa vie à étudier le monde naturel et à inspirer les autres à en prendre soin comme il l'a fait", a indiqué la fondation.

"La bible des fourmis"
Connue pour ses , Audrey Dussutour, directrice de recherche au CNRS, a commencé sa carrière de scientifique . Pour Sciences et Avenir, elle témoigne de l'importance d'E. O. Wilson dans l'étude de ces insectes. "C’était un incontournable dans le domaine de la myrmecologie mais aussi en biologie de l’évolution. Il a co-écrit 'The ants' qui est un livre incroyable que tous les myrmecologues ont lu au moins une fois, souvent surnommé la bible des fourmis. Il était aussi le père de la sociobiologie. Personnellement, j’ai lu des dizaines de ses articles mais je n’ai jamais eu la chance le rencontrer. C’est une grande perte mais ses récents articles continueront à alimenter des débats, des discussions et seront sans aucun doute le sujet de nombreux travaux de recherche. Il nous quitte mais ses idées, ses découvertes et ses théories resteront".

Un entomologiste respecté

Le magazine Time l'avait décrit comme ayant eu "l'une des grandes carrières de la science du 20ème siècle" en soulignant son travail de cartographie du comportement social des fourmis, à travers lequel il a montré que leurs colonies communiquaient via un système de phéromones. Mais celui qui est considéré comme le père fondateur de la sociobiologie a aussi déclenché une vague de critiques après avoir suggéré dans l'un de ses livres que les humains se comportaient largem[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles