Binetou Sylla veut redéfinir certains mots pour parler de la condition noire

Brut.
·1 min de lecture

"Ça va de abolition à souk, en passant par quand on veut, on peut, à victimisation, Aya Nakamura, chlordécone, colère, émeute."

Redéfinir 40 mots de la langue française pour parler de la condition noire, c'est ce qu'a fait le collectif Piment dans "Le Dérangeur : Petit lexique en voie de décolonisation".

Exotique

"Quand on utilise le mot "exotique", c'est qu'on s'entend soi-même comme la norme. Et ce qui est intéressant justement, c'est de se dire que ce qui est exotique pour soi n'est pas exotique pour l'autre", explique Binetou Sylla. Dans son lexique, elle a voulu faire une liste non exhaustive "de ce que pour nous on pense être exotique", une façon pour la co-autrice de montrer la subjectivité derrière ce que l'on considère comme exotique. "Les mots portent en eux une vision du monde, un paradigme et ce qui est intéressant, c'est de sortir, en fait, de cette vision et d'aller dans une autre centralité", résume Binetou Sylla.

Race

"On s'est dit qu'on avait pas envie de définir un mot d'une certaine façon qui a été retiré de la Constitution française mais c'était aussi une façon de dire que ce n'est pas parce qu'on retire un mot de la Constitution française, ce n'est pas parce qu'on retire le mot "race" que le racisme va (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi