Bill Withers, Wallace Roney, Alan Merrill... Hécatombe dans le milieu musical

*

Il aimait la fête, le plaisir, la foule, mais il a été enterré comme les saltimbanques d’autrefois que rejetait la société. A la sauvette. Quelques gardiens fantomatiques, le visage masqué, ont emmené Manu Dibango au Père Lachaise, le 27 mars. Son saxophone, posé à côté de la tombe, paraissait bien seul. Le créateur de « soul makossa », ambassadeur de la musique africaine, 86 ans, inaugurait la longue et funèbre liste des musiciens disparus en ce triste printemps, loin de leur public, accompagnés de ce texte glaçant : « Mort des suites de complications liées au coronavirus. »

Alan Merrill

Le rock et le jazz, ces deux grands genres musicaux du XXe siècle, se sont parfois regardés avec mépris ou envie mais se rejoignent dans une tragédie improbable. Saluons Alan Merrill, 69 ans, le créateur du groupe de glam rock basé à Londres The Arrows, puis Adam Schlesinger, 52 ans, le leader de la brillante formation de power pop new-yorkaise Fountains Of Wayne. Ces princes électriques, ces vecteurs d’énergie, croyaient avoir attrapé un rhume et ont péri de froid et de solitude dans leur ville inanimée de New York. Décédé le 29 mars, Alan avait composé l’emblématique « I Love Rock’n’Roll », mais avait dû attendre que la rockeuse Joan Jett s’en empare en 1981 pour que le morceau devienne un classique. Laura, sa fille, a raconté qu’elle n’a pu dire adieu à son père et s’est retrouvée expulsée de sa maison familiale au milieu de la rue déserte, anéantie. Tombé le 1

Lire la suite