Bill et Melinda Gates, big bug conjugal

·2 min de lecture

Melinda réclame le divorce et c’est un monde qui s’écroule. Le couple a beau tenter une c ommunication apaisée, leur fondation, qui joue un rôle majeur dans la philanthropie, pourrait être menacée. Pire qu’une crise financière... une crise sentimentale dont l’explication tient peut-être en un nom sulfureux : Jeffrey Epstein.

Que s’est-il passé entre Bill et Melinda Gates ? Le lundi 3 mai, à 13 h 30, l’annonce sur leurs comptes Twitter fait l’effet d’une bombe : « Après une longue réflexion et beaucoup de travail sur notre couple, nous avons décidé de mettre fin à notre mariage. » Vingt-quatre minutes plus tard, le tribunal du comté de King, où le couple habite, dans l’État de Washington, enregistre la demande de divorce. Elle est déposée par Melinda : c’est donc elle l’initiatrice, même si le choix des mots et la contre-signature de Bill laissent penser qu’il s’agit d’une séparation à l’amiable. Dans le procès-verbal, on découvre que l’union est « brisée de manière irrémédiable » et que le couple vit déjà séparé, ce que tout le monde ignorait. Aucun motif précis n’est donné. On apprendra au bout de six jours, dans le « Wall Street Journal », que Melinda songeait en réalité au divorce depuis… 2019 ! Elle aurait consulté ses avocats après avoir découvert, dans une enquête du « New York Times » datée du 12 octobre 2019, que son mari entretenait des liens bien plus étroits qu’il ne l’avait admis avec Jeffrey Epstein, le financier pédocriminel retrouvé pendu dans sa cellule de Manhattan deux mois plus tôt. Inacceptable pour elle, qui fait de la cause des jeunes filles dans le monde l’une de ses priorités…

Lire aussi:Melinda Gates : "Je crois en la justice sociale"

Comme il semble loin, le temps où Melinda encensait son mari ! C’était il y a deux ans, une éternité. « Je ne serais jamais tombée amoureuse de lui s’il n’avait pas eu un cœur énorme », nous jurait-elle. Elle nous révélait aussi le secret de la longévité de son couple : « Le respect et la parité entre époux. » Il y a des ruptures que l’on voit venir. Celle-là n’en fait pas partie.(...)


Lire la suite sur Paris Match