«Les grandes retrouvailles» du 76e Festival d’Avignon

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Ce mardi 26 juillet au soir, la 76e édition du Festival d’Avignon fermera ses portes, après presque trois semaines et 400 représentations et rencontres dans 40 lieux. Une édition marquée par le départ de son directeur Olivier Py, mais aussi par le retour du public, après deux ans de pandémie.

De notre envoyée spéciale à Avignon, Fanny Imbert,

« Merci à tous, et longue vie au Festival d’Avignon ! » Quelques larmes dans la voix et un immense bouquet dans les bras, Olivier Py, directeur du Festival pendant neuf ans, tire sa révérence. Après deux années sous le signe du Covid, sa dernière édition est celle d’un retour du public. « Le public a été extrêmement présent. Ils ont applaudi des spectacles dans lesquels la jeunesse était très présente. Il y avait des salles debout, des salles rayonnantes, cela était un peu le Festival des grandes retrouvailles, après ces deux années difficiles. »

Donc, un Festival fragile, mais qui vient de prendre un nouveau souffle, avec le premier directeur étranger à sa tête. En attendant, Olivier Py clôtura ce soir sa dernière édition avec Miss Knife et ses sœurs. Son alter ego queer de cabaret est pour l’occasion entouré sur scène d'Angélique Kidjo et du groupe de théâtre musical ukrainien les Dakh Daughters, une façon de montrer la solidarité d'Avignon avec l'Ukraine.


Lire la suite

Lire aussi:
Festival d’Avignon: il était une fois Olivier Py
Dieudonné Niangouna en un mot, un geste et un silence
L’écrivain Mohamed Mbougar Sarr en un mot, un geste et un silence

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles