Publicité

Un bilan mitigé pour les 30 ans de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale

La Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac) fête ses 30 ans. Pour célébrer l'évènement, une cérémonie est organisée ce samedi 16 mars, à Bangui, la capitale centrafricaine.

Faustin-Archange Touadéra, président de la RCA, mais aussi président de la Conférence des chefs d'État de la Cemac, doit y prononcer un discours, une prise de parole pour évoquer le bilan de l'intégration régionale, un bilan très mitigé.

C'était il y a trente ans, jour pour jour, à N'Djamena, au Tchad. Six pays d’Afrique centrale (Cameroun, République centrafricaine, Congo-Brazzaville, Guinée équatoriale et Tchad) fondaient la Cemac pour accroitre les échanges et harmoniser les règles douanières.

Depuis, le temps a passé et force est de constater que la Cemac fait face à de nombreuses difficultés. Certains parlent de l'organisation comme d’une union purement administrative. Si des mesures sont prises pour assurer la libre-circulation des biens et des personnes, comme la mise en place d'un passeport communautaire en 2017, dans les faits les choses sont plus compliquées.

La limitation des pouvoirs des institutions sous-régionales rend difficile l'application des décisions, un phénomène amplifié par le manque d'infrastructures routières et électriques, notamment, qui empêchent de relier correctement les pays entre eux.

Résultat, la Cemac est l'un des blocs économiques les moins intégrés du continent. Ses membres commercent, à 80%, avec l'extérieur comme la Chine, la Russie ou encore l'Europe, mais seulement à 4% entre eux. L'intégration régionale, pourtant inscrite dans les textes de l'organisation, est donc encore lointaine.


Lire la suite sur RFI