Le bilan des inondations en Allemagne et en Belgique atteint 170 morts

·3 min de lecture
LE BILAN DES INONDATIONS EN ALLEMAGNE ET EN BELGIQUE ATTEINT 170 MORTS

par Petra Wischgoll et David Sahl

ERFTSTADT, Allemagne/WASSENBERG, Allemagne (Reuters) - D'intenses recherches se poursuivaient samedi en Allemagne et en Belgique pour retrouver les personnes portées disparues après les crues et glissements de terrain qui ont fait au moins 170 morts dans ces deux pays depuis mercredi.

En Allemagne, le bilan de la pire catastrophe naturelle depuis un demi-siècle s'est alourdi à 143 morts, dont 98 dans la seule région viticole d'Ahrweiler, au sud de Cologne, a déclaré la police.

Des centaines de personnes manquent encore à l'appel alors que de nombreuses zones demeurent inaccessibles en raison du niveau élevé des eaux tandis que les communications ne passent toujours pas dans certains endroits.

Les habitants et les propriétaires de commerces tentaient avec difficulté de récupérer certaines affaires qui n'avaient pas été détruites par les eaux dans les zones sinistrées.

"Tout est complètement détruit. On ne reconnaît pas l'endroit", explique le propriétaire d'une cave à vins dans la ville de Bad Neuenahr-Ahrweiler, en retenant ses larmes.

Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, s'est rendu à Erftstadt, dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie où les inondations ont tué au moins 43 personnes.

"Nous portons le deuil aux côtés de ceux qui ont perdu des amis, des proches, des membres de leur famille", a-t-il dit. "Ce qui leur est arrivé est déchirant."

Quelque 700 habitants ont encore dû être évacués tard vendredi soir à Wassenburg, près de Cologne, après la rupture d'un barrage.

"Le niveau de l'eau ne monte plus depuis la nuit dernière, on peut dire que la situation est stable", a déclaré le maire de la ville, Marcel Maurer. "Il est trop tôt pour se réjouir mais nous sommes raisonnablement optimistes."

Le président allemand a déclaré qu'il faudrait plusieurs semaines pour faire le bilan des dégâts alors que la facture de la reconstruction pourrait atteindre plusieurs milliards d'euros.

COMMUNICATIONS COUPÉES

La chancelière allemande Angela Merkel devrait se rendre dimanche en Rhénanie-Palatinat où est situé le village durement touché de Schuld.

En Belgique, le bilan s'est alourdi à 27 morts, selon le Centre de crise national qui coordonne les secours.

"Malheureusement, nous devons tenir compte du fait que ce nombre va encore augmenter dans les heures et les jours à venir", a-t-il dit dans un communiqué. Une vingtaine de personnes sont portées disparues dans l'est du pays.

Les crues soudaines survenues depuis la nuit de mercredi à jeudi ont isolé de nombreux villages et privé de communications leurs habitants, notamment en Rhénanie-Palatinat et en Rhénanie du Nord-Westphalie, en Allemagne, et dans la région de Liège en Belgique.

Dans les provinces de Namur et de Luxembourg, dans le sud de la Belgique, les autorités ont dû fournir de l'eau potable aux victimes des inondations.

Certains voies ferroviaires emportées par les flots ne devraient pas rouvrir avant fin août, a indiqué la compagnie nationale Intrabel.

Le Premier ministre belge Alexander De Croo et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen se sont rendus dans certaines zones dévastées samedi après-midi.

La situation reste aussi critique dans le sud des Pays-Bas, où des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées ces deux derniers jours et où l'armée a été appelée à l'aide pour renforcer les digues.

Le plat pays a néanmoins évité le pire jusqu'à présent, n'ayant pas enregistré de victime contrairement à l'Allemagne, sous le choc d'un bilan humain comme elle n'en avait plus connu depuis la crue de la Mer du Nord en 1962.

(Christoph Steitz à Francfort, David Sahl à Wassenburg, Philip Blenkinsop à Bruxelles, Bart Meijer à Amsterdam, version française Tangi Salaün)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles