Le bilan des inondations au Timor oriental passe à plus de 150 morts

·2 min de lecture

Au moins 157 personnes ont péri et des dizaines d'autres sont encore portées disparues dans les inondations et les glissements de terrain générés par le cyclone tropical Seroja en Indonésie et au Timor oriental, selon un nouveau bilan annoncé mardi.

Au moins 157 personnes ont péri et des dizaines d'autres sont encore portées disparues dans les inondations et les glissements de terrain générés par le cyclone tropical Seroja en Indonésie et au Timor oriental, selon un nouveau bilan annoncé mardi. Le centre indonésien de gestion des catastrophes a fait état de 130 morts dans plusieurs îles proches du Timor oriental, où 27 décès ont aussi été recensés. Le précédent bilan pour les deux pays était de 113 morts. En Indonésie, les sauveteurs luttaient pour tenter de retrouver plus de 70 personnes portées disparues, utilisant parfois des pelleteuses pour retirer les débris accumulés lors du passage du cyclone.

Les pluies torrentielles de ces derniers jours ont généré des crues soudaines et des glissements de terrain, emportant parfois des habitations. Plus de 10.000 personnes ont trouvé refuge dans des centres d'évacuation. Des milliers d'habitations, des routes, des ponts et des hôpitaux ont été endommagés ou détruits. Des voies de communication étaient recouvertes de boue et d'arbres déracinés, ce qui compliquait la tâche des sauveteurs tentant d'atteindre les zones les plus touchées. "On risque encore de voir une météo extrême dans les jours qui viennent" en raison du cyclone, a déclaré le porte-parole de l'agence indonésienne de gestion des catastrophes Raditya Jati. Les sauveteurs "tentent toujours de répondre à la catastrophe, en organisant les évacuations, les recherches, en offrant des solutions pour reloger les personnes sans abri, en distribuant de l'aide et en tentant d'atteindre les zones sinistrées". La tempête progresse désormais en direction de la côte ouest de l'Australie.

Manque de chirurgiens

Des images du secteur de Florès oriental avaient montré des(...)


Lire la suite sur Paris Match