Le bilan carbone catastrophique des tomates françaises sous serre

Pexels

"En France, en hiver, une tomate sous serre chauffée émet autant qu'une tomate importée par camion depuis l'Afrique du Sud, qui passerait pas l'Ouzbékistan", a partagé sur Twitter, Sandrine Le Feur, agricultrice bio et députée du Finistère, reprenant les propos de Gauthier Avril, directeur d'une entreprise de solutions énergétiques.

La femme politique le rappelle : “633 000 tonnes de tomates et concombres sont produites en France sous serre chauffée, soit 90% des tomates et concombres français. La tomate est le premier légume consommé en France.”

Même si elle étonne, cette comparaison entre la production de tomates sous serre et celles venant de l’autre bout du monde est exacte, comme le renseigne franceinfo. Selon l'Ademe, l'agence de la transition écologique, une tonne de tomates cultivées sous une serre chauffée consomme 2 360 kg de CO2. Par comparaison, une tonne de tomates cultivées dans un abri non chauffé ne consomme que 160 kg de CO2, soit 2 200 kg de CO2 en moins. Et justement, lorsque l’on calcule l’émission d’un camion transportant des produits entre l’Afrique du Sud et la France, en passant par l’Asie centrale (environ 26 000 km), on tombe sur 2 200 CO2, indique franceinfo.

Voici d’autres chiffres pour y voir plus clair : une tomate française produite hors-saison génère 7 fois plus de CO2 qu'une tomate cultivée traditionnellement et importée d'Espagne, illustraient déjà en juin 2020, nos confrères de TF1 Info. "C'est contre-intuitif mais un produit ne génère pas forcément (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le plus grand gisement de terres rares d'Europe a été découvert en Suède
La disparition des pollinisateurs cause 500 000 morts par an
Climat : les océans battent à nouveau des records de températures en 2022
Réchauffement climatique : une habitation côtière sur 10 pourrait se retrouver sous les eaux en France
Même s'il disparaissait en 2025, le plastique continuerait de polluer la Terre pendant des milliers d'années