Bienvenue chez les Ch'tis (TF1) Un succès, pas gagné d'avance

·1 min de lecture

L’épreuve du scénario
Début 2006, Dany Boon se lance dans l’écriture des pérégrinations de Philippe Abrams, directeur de la poste de Salon-de-Provence muté, pour des raisons disciplinaires, sous les cieux pluvieux du Nord. Néophyte dans la rédaction scénaristique, le comique va en baver pendant plus d’un an, noircissant jour et nuit des centaines de feuilles qu’il rature frénétiquement. Un travail de titan… Son histoire achevée, Boon, exténué, la soumet à deux scénaristes chevronnés, Franck Magnier et Alexandre Charlot, auteurs des Guignols de l’Info. Ils vont œuvrer d’arrache-pied pendant trois mois pour accoucher, enfin, du scénario définitif.

Le problème du financement
En 2007, Dany Boon est certes un humoriste réputé, mais dans le milieu du cinéma, il reste un réalisateur inconnu. Pour produire sa comédie, il s’adresse à Claude Berri et à Pathé, qui acceptent d’assurer une partie du financement avec Canal Plus, TF1 et le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais. Reste que pour boucler le budget de 11 millions d’euros, Boon est obligé d’investir son propre argent.

La galère du casting
Pour incarner Philippe Abrams, Dany Boon veut absolument Daniel Auteuil, acteur qu’il admire et avec lequel il a tourné en 2006 Mon meilleur ami de Patrice Leconte. Pas de chance, Auteuil, qui a signé pour d’autres films, n’est pas libre avant deux ans ! Cruelle déception... Le réalisateur pense alors à José Garcia. Autre refus : G... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles