"Bienvenue en 2020", la chronique d'Anne Roumanoff

Déjà 10 heures du matin, on émerge doucement. On avait prévu beaucoup de choses pour ce week-end avant la reprise, ranger la maison, trier les papiers, descendre le sapin sur le trottoir, aller au marché, voir des amis. Mais on se sent envahi par une molle torpeur. On renonce à la diète bouillon de légumes pour effacer les excès des réveillons. On a racheté du tarama et des blinis, pas pour nous, pour les amis qui vont passer, mais on entrouvre la boîte et on y glisse une petite cuillère. Encore des invitations, des boîtes de chocolat entamées qui traînent. De toute façon, dans quelques jours, il y a la galette des Rois, ce gouffre calorique. Jeter un coup d'œil aux textos de bonne année auxquels on n'a pas encore répondu. "Je te souhaite une année 20 sur 20… 20 fois plus de bonheur… Que tes vœux se réalisent 20 fois plus vite…" Les poètes du SMS ont encore frappé, n'est pas Verlaine qui veut.
Se mettre en tenue pour aller courir parce que ça fait partie des résolutions 2020.
– Maman, pourquoi "troisième guerre mondiale" c'est sur Twitter? Il va y avoir la guerre?
– Non ma chérie, pas forcément. Faut pas croire tout ce qui est marqué sur Twitter.
– C'est qui ce général iranien?
– Ben c'est un général iranien très populaire que Trump a fait tuer et du coup, les Iraniens sont très en colère et les Russes aussi.
– Pourquoi les Russes?
– Parce que les Russes sont alliés avec les Iraniens.
– Ah bon?

 

"

Alliés, ça ne veut pas dire qu'ils sont forcément d'accord sur tout mais c'est...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est d'assurer la meilleure expérience possible pour nos utilisateurs et de créer une communauté respectueuse de chacun. Nous travaillons à l'amélioration de cette expérience et pendant cette période, le module commentaires a la fin de nos articles n'est pas disponible. Merci de votre compréhension.