Bientôt des toilettes capables de détecter certaines maladies ?

Bientôt des toilettes capables de détecter certaines maladies ?

Une équipe de scientifiques a imaginé les toilettes de demain. Des cuvettes équipées de dispositifs permettant d’analyser directement les selles et l’urine.

Toutes les maisons seront-elles bientôt équipées de toilettes intelligentes ? Cette fois, il n’est pas question d’installations high-tech qui soulèvent l’abattant ou nettoient la cuvette. L’enjeu est ailleurs. À l’université américaine de Stanford, le Dr Sanjiv “Sam” Gambhir réfléchit depuis plusieurs années à des toilettes révolutionnaires. Elles seraient capables d’analyser les selles et l’urine et de détecter certaines maladies. “Quand j’en parlais, les gens riaient en quelque sorte parce que cela semblait être une idée intéressante, mais aussi un peu bizarre”, se souvient Sam Gambhir.

Si le projet semble saugrenu, l’université assure que ce dispositif d’analyse présenterait un réel intérêt pour les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable, d’un cancer de la prostate ou d’insuffisance rénale. Cette technologie est en voie de se concrétiser. Une première étude pilote a été menée sur 21 participants. Toutes les conclusions ont été publiées dans la revue Nature Biomedical. Alors, concrètement, que se passe-t-il dans ces toilettes ? Comme le détaille Stanford, les échantillons d’urine subissent une analyse moléculaire tandis que les selles sont évaluées sur des caractéristiques physiques. Pour que cette technologie puisse bénéficier au plus grand nombre, Gambhir a imaginé des dispositifs simples d’installation et d’adaptation. “Les échantillons d’urine et de selles sont capturés sur vidéo. Ils sont ensuite traités par un ensemble d’algorithmes qui peuvent distinguer l’urodynamique normale (débit, temps de flux et volume total)”, détaille l’université. Le scientifique précise que 10 biomarqueurs différents peuvent être analysés par ces toilettes du futur.

Des données médicales

Afin que les résultats soient pertinents, cet équipement possède un système d’identification intégré. “L’essentiel est de fournir un retour d’informations sur la santé précis et individualisé, nous avons donc dû nous assurer que les toilettes pouvaient discerner entre les utilisateurs”, précise Gambhir. Ainsi, le dispositif possède des caméras intégrées et des capteurs d'empreintes digitales et anales. Evidemment, le scientifique précise que ce dispositif technologique ne pourra jamais se substituer à une consultation médicale qui sera le seul capable de poser un diagnostic.

Dans la pratique, il ne s’agit pas que les capteurs alertent directement le patient. L’équipe médicale souhaite mettre en place une alerte envoyée à l’équipe de santé par exemple en cas de présence de sang dans les selles. Pour une utilisation optimale, Gambhir et les autres chercheurs tentent également d’intégrer certaines caractéristiques dans les différents dispositifs (comme individualiser en fonction de l’état de santé des patients). Reste à convaincre un maximum d’utilisateurs.