Bientôt des voitures électriques capables de rouler 1000 Km sans recharge

500 Km en moyenne. C’est l’autonomie qu’offrent, quand les vents sont favorables, les voitures électriques actuelles. Evidemment le chiffre varie en fonction de la conduite, du modèle de voiture et des routes parcourues.

Si cette distance commence à représenter un bon argument pour passer aux véhicules électriques, il n’en reste pas moins que l’autonomie demeure encore un point central d’achoppement. Or, accroître le nombre de kilomètres entre deux recharges n’est pas chose simple.

Des batteries trop encombrantes

Les batteries sont un élément contraignant lors de la conception d’une voiture électrique : par leur disposition dans le châssis, par leur poids, par leur encombrement et par des obligations de sécurité, notamment. Car les batteries actuelles sont composées de milliers de cellules, qui doivent être entourées d’une enveloppe protectrice et de connecteurs qui les isolent des autres cellules pour la première et qui les relient à l’ensemble de batterie et à la voiture, pour les seconds. Ainsi, dans une voiture, en règle générale, plus de 50% de la surface occupée par les batteries est occupée par la couche protectrice et les connecteurs. Et c’est sans compter sur le fait que toutes connexions produisent un autre problème, celui de la résistance électrique au niveau des cellules -  ce qui signifie moins de puissance électrique en définitive.

Image

Empilé pour résoudre...

Lire la suite sur 01net.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages