Bientôt une statue Samuel Paty au collège du Bois d'Aulne, où il enseignait

·2 min de lecture

La sculptrice Nacèra Kaïnou va réaliser un buste en bronze de Samuel Paty, une stèle qui sera prochainement installée au collège de Conflans-Sainte-Honorine où le professeur exerçait.

Le collège du Bois d’Aulne, où Samuel Paty a enseigné, n’oubliera pas le professeur assassiné en octobre dernier. Sur une idée de Claude Quenault, ancien conseiller de Michel Rocard, le collège de Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, aura prochainement une statue à l’effigie de Samuel Paty. Les proches du professeur d’histoire-géographie et le conseil d’administration de l’établissement ont donné leurs accords, révèle «Le Parisien». «Cette stèle laissera une trace pour les générations futures», se réjouit Claude Quenault.

Je vais essayer de rendre toute la douceur de ce professeur

C’est la sculptrice Nacèra Kaïnou qui a été missionnée pour réaliser la stèle en bronze qui représentera le buste de Samuel Paty. «C’est très fort et difficile parce que c’est très très émouvant, il y a eu une telle violence, une telle barbarie. Je vais essayer de rendre toute la douceur de ce professeur aux dires de ses élèves et ses collègues qui le connaissaient», explique-t-elle vendredi sur l’antenne de RTL. Elle décrit un homme «extrêmement attaché à sa fonction d'enseignant, il aimait beaucoup ses élèves, il était très attaché aux valeurs de la République, à la laïcité». «Il s’agira de mettre tout ça dans ce portrait».

«J’ouvre volontiers mon atelier à ses proches. C’est extrêmement douloureux pour eux, j’en ai conscience. Réaliser cette œuvre est aussi un moyen pour moi de délivrer un discours politique contre cette horreur», a-t-elle ajouté dans «Le Parisien». Selon le quotidien, l’œuvre nécessitera cinq à six mois de travail, l’inauguration pourrait avoir lieu le 16 octobre prochain, jour de l’attentat terroriste.

Ce 16 octobre 2020, Samuel Paty a été décapité, en pleine rue, à Conflans-Sainte-Honorine, près du collège où il(...)


Lire la suite sur Paris Match