Bientôt appliqué à Bordeaux, Lyon et Montpellier, l'encadrement des loyers est-il efficace ?

·1 min de lecture

L'encadrement des loyers, qui existe déjà à Lille et à Paris, va être étendu début 2022 à trois nouvelles villes, à savoir Lyon, Bordeaux et Montpellier. Ce dispositif est censé éviter la flambée du prix des loyers et échapper à la loi de l'offre et de la demande. Pour savoir si cette mesure peut avoir une utilité dans ces grandes villes de province, il faut se pencher concrètement sur les expériences passées et l'influence de l'encadrement sur le prix des loyers.

Baisse des loyers de 1% à Paris

À Paris, l'encadrement des loyers a été annulé par la justice fin 2017, puis rétabli mi-2019. Sur cette période de près de deux ans sans encadrement, les loyers ont augmenté de 5%. Depuis que le dispositif a été rétabli, ils ont baissé d'un peu plus de 1%. Ce n'est pas dû qu'à l'encadrement des loyers, il y a aussi la hausse des achats, mais la mesure a joué.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

À Lille, où cette mesure a été annulée en 2017, les loyers ont augmenté de 4% en deux ans et demi. Depuis le rétablissement de l'encadrement, début 2020, il n'y a pas eu de baisse des loyers, mais déjà une stabilisation des prix du marchés dans une métropole à une heure de Paris.

Quid des contrôles ?

Si on se place du point de vue d'un locataire, l'encadrement des loyers est une bonne chose. Il n'entraîne pas une baisse drastique des loyers, certes, mais il empêche une envolée des prix. Or, dans les trois villes qui ont été retenues par le g...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles