La Biennale d’architecture et de paysage d’Île-de-France 2022 imagine la ville de demain

© Chartier-Dalix

Comment construire la ville de demain dans un contexte d’urgence climatique et de crise sanitaire ? C’est la question à laquelle tentera de répondre la deuxième Bap, la Biennale d’architecture et de paysage d’Île-de-France, du 13 mai au 13 juillet à Versailles. Conçue à la fois pour les professionnels et le grand public, la manifestation, lancée en 2019 par la présidente LR de la Région, Valérie Pécresse (200 000 visiteurs alors), a pour commissaire général François de Mazières, maire de Versailles et ancien président de la Cité de l’architecture et du patrimoine. « Terre et villes », tel est le thème de cette deuxième édition, qui espère 250 000 visiteurs.

« La crise du Covid a rebattu les cartes, elle a donné envie aux citadins de vivre autrement, d’avoir plus d’espace, plus de nature en ville, moins de béton », observe François de Mazières. Le défi écologique aussi a remis la terre au cœur des réflexions, forcément fertiles, que l’on parle de préservation des zones agricoles et forestières – et donc de la biodiversité – grignotées par l’urbanisation, du recyclage des terres d’excavation ou encore du retour de la pleine terre en ville, et même de la terre comme matériau de construction. La Bap 2022 s’appuie sur une douzaine d’expositions, constituant « la plus grande concentration d’intelligences en France en matière d’architecture et de paysage », assure l’édile.

« Élément terre » ­s’intéresse à l’épuisement des ressources naturelles

« Élément terre », proposée par l’Insti...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles