Bien organisé, le télétravail peut être "facteur de productivité et de satisfaction sociale", selon l'auteur d'une étude

franceinfo
·1 min de lecture

"À partir du moment où les managers trouvent le moyen de garder le contact à distance, le télétravail est facteur de productivité et de satisfaction sociale", a affirmé lundi 15 mars sur franceinfo Laurent Cappelletti, professeur au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), expert à l’institut Sapiens. Il est le co-auteur d'une étude qui démontre que le télétravail pendant les deux confinements a permis d’augmenter de 22% la productivité des salariés et de préserver plus de neuf points de PIB. "Les salariés sont plus à l'aise dans leurs baskets, plus heureux."

Ces bons résultats nécessitent "un bon management", précise Laurent Cappelletti. En premier lieu, cela passe par la formation. Il s'agit de "ne pas mettre de façon abrupte des salariés en télétravail sans la formation nécessaire aux outils". Cela passe aussi par "le suivi des salariés", explique l'expert, car "le risque principal du télétravail, c'est l'isolement du salarié qui, au bout d'un moment, peut décrocher. Cela demande une fréquence régulière de discussion".

Mais ce télétravail a "des limites", souligne Laurent Cappelletti : "Quand ce n'est pas bien fait, quand le télétravail est fait à la hache, quand on laisse les salariés se débrouiller avec leurs outils, quand on ne les forme pas à l'organisation d'un espace personnel, on pourrait dire que cela peut entraîner des pertes de productivité liées à l'épuisement numérique, à l'isolement, au manque de formation." Les auteurs de l'étude invitent "les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi