"Il est bien embêté” : Brigitte Bardot charge à nouveau Emmanuel Macron

Alors que la pandémie de coronavirus a déjà fait plus de 10 000 morts en France, que la population est confinée depuis bientôt un mois, et que le pic devrait être seulement atteint dans les prochains jours, Emmanuel Macron est plus que jamais en première ligne et s'il continue de "se mêler de tout", il est aussi la cible de toutes les critiques depuis le début de la crise sanitaire, notamment récemment après avoir provoqué un rassemblement lors d'une visite en Seine-Saint-Denis.

Parmi ses détracteurs récurrents, on retrouve la mythique Brigitte Bardot. L'ancienne actrice de 85 ans, star de films comme Le Mépris ou La Vérité, et amoureuse des animaux devant l’Éternel, ne manque en effet pas une occasion de dire tout le mal qu'elle pense du président de la République, et quand elle ne s'en prend pas directement à Emmanuel Macron, c'est envers sa femme Brigitte (Macron) que Brigitte (Bardot) sort les griffes.

"Je suis confinée depuis 10 ans !"

Coutumière donc du fait de tacler le couple présidentiel, l'ancienne star de cinéma en a remis une couche dans une interview accordée au Figaro ce 7 avril, dans laquelle elle a particulièrement décrié la situation sanitaire de la France et tiré à boulets rouges sur l'exécutif : "Les humains doivent avoir d'autres valeurs que celles de la finance. Le président de la République a tout fait pour qu'on en arrive là. Maintenant, il est bien embêté. On ne doit pas dépendre du monde entier pour les produits indispensables à notre sécurité, à notre santé.

Retrouvez cet article sur GALA

Jean-Luc Reichmann, confiné loin de sa mère de 86 ans : "J'ai peur pour elle"
Eric (Les 12 coups de midi) fragilisé ? Le confinement "impactera certainement sa façon de jouer"
Jean Castex en charge du déconfinement : le gros coup de pression de la garde d’Emmanuel Macron
Emmanuel-Philibert de Savoie et Clotilde Courau enfin réunis : le prince dévoile leur quotidien
Emmanuel Macron : cette application controversée avec laquelle il n’est "pas très à l’aise"