Bien dormir pendant la grossesse mode d'emploi

© Pixabay

Pendant la période de plénitude où l’on attend un enfant, les nuits ne sont pourtant pas toujours faciles. Ainsi, un changement physiologique survient au premier trimestre : l’hypersomnie. La faute au taux de progestérone qui grimpe en flèche avec son « effet sédatif », explique le professeur Damien Léger, du Centre du sommeil de l’Hôtel-Dieu, à Paris. La micro-sieste peut aider à gérer ces « coups de barre » qui frappent en pleine journée, notamment si l’on travaille. Pour le reste, ce sont des questions de confort… et d’inconfort ! Le corps change, on a trop chaud, l’envie d’aller aux toilettes tire du lit en pleine nuit, on peine à trouver la position idéale à mesure que le fœtus grossit, et nous avec, les nausées gâchent les petits matins. Sans compter d’éventuelles douleurs de dos et l’anxiété qui provoque insomnies et cauchemars. Ces soucis passagers peuvent causer une fatigue chronique. Or, s’occuper d’un nouveau-né exige de l’énergie et rien ne vaut de bonnes nuits pour garder le moral avant et après la naissance.

De tous les désagréments qui surviennent pendant neuf mois, les douleurs de dos sont courantes et peuvent aller jusqu’à la sciatique. Dans ce cas, se détendre le soir devient difficile. Sage-femme et ostéopathe, Laetitia Inthavong aide ses patientes à « travailler sur l’ergonomie du sommeil ». « Il faut trouver ce qui convient à chacune, estime cette dernière. La pratique du yoga peut aider s’il y a un problème persistant : l’on pratiquera des étirements de la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Peut-on mesurer la fatigue ?
La vitamine C, la meilleure alliée contre le rhume ?
Quelle est la bonne dose d’activité physique ?
FIV : la consommation régulière d’alcool réduit les chances de tomber enceinte
Cigarette : quel âge idéal pour arrêter de fumer ? Une étude a la réponse