Pour Biden, la reconnaissance internationale pose un "dilemme existentiel" aux talibans

·2 min de lecture
Le président Joe Biden à la Maison Blanche le 30 juillet 2021 - MANDEL NGAN © 2019 AFP
Le président Joe Biden à la Maison Blanche le 30 juillet 2021 - MANDEL NGAN © 2019 AFP

Près d'une semaine après leur prise de pouvoir en Afghanistan, les talibans ne cessent de le répéter: si leur idéologie reste la même par rapport à leur précédente prise de pouvoir il y a 20 ans, ils souhaitent gouverner différemment, loin des exécutions publiques et des châtiments corporels. Et comme une illustration de cette nouvelle image, ils se disent prêts à respecter le droit des femmes. Derrière ces promesses se trouvent la volonté de rassurer les puissances étrangères dans l'espoir d'obtenir une reconnaissance internationale.

Les talibans font face à un dilemme "existentiel" sur la manière dont ils seront perçus par le reste du monde, après leur victoire militaire éclair en Afghanistan, a estimé le président américain Joe Biden, dans une interview à la chaîne ABC News diffusée jeudi.

"Je crois qu'ils traversent une sorte de crise existentielle pour savoir s'ils veulent ou non être reconnus par la communauté internationale comme un gouvernement légitime", a déclaré le président démocrate.

https://www.youtube.com/embed/ISC8q9-t4SU?rel=0

"Savoir s'ils auront de la nourriture à manger"

Après 20 ans de guerre contre une coalition internationale menée par les États-Unis, les insurgés désormais au pouvoir font face à de tout autre problème, selon Biden.

Si les talibans ont une forte volonté de mettre en place leur idéologie islamiste, "ils se préoccupent aussi de savoir s'ils auront de la nourriture à manger, s'ils auront des revenus... et s'ils peuvent gérer une économie", a déclaré le président américain.

"Ils se préoccupent de savoir s'ils peuvent ou non préserver l'unité de la société" afghane, a-t-il précisé.

Joe Biden qui a défendu le retrait chaotique des derniers soldats américains, étrangers, et des alliés afghans après la victoire des talibans, a affirmé qu'il ne "comptait pas" sur ces derniers pour modifier leurs priorités.

D'un autre côté, "je ne suis pas sûr que j'aurais prédit" les scènes actuelles de chefs talibans coopérant avec les militaires américains "pour assurer une évacuation sûre des citoyens américains", a-t-il affirmé.

Si des groupes terroristes anti-américains comme Al-Qaïda viennent à s'établir à nouveau dans un Afghanistan contrôlé par les talibans, les États-Unis conservent "une capacité au-delà de l'horizon pour les éliminer", a soutenu le président américain, faisant référence aux missiles et autres frappes de longue-distance.

Pour le moment, la menace est bien plus importante en Syrie ou en Afrique de l'Est, "qu'elle ne l'est dans les montagnes d'Afghanistan", a-t-il ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles