Biden présente son équipe climat pour lutter contre "la menace existentielle" du réchauffement

·2 min de lecture

Joe Biden a présenté samedi les membres clés de son équipe chargée du climat et a déclaré que son administration ferait de la lutte contre le réchauffement climatique un pilier de son action.

Le président élu américain Joe Biden a présenté samedi les membres clés de son équipe chargée du climat et a déclaré que son administration ferait de la lutte contre le réchauffement climatique un pilier de son action pour reconstruire l'économie américaine frappée par la pandémie. M. Biden a déclaré que ces personnalités "mèneront le plan ambitieux de mon administration pour faire face à une menace existentielle de notre époque: le changement climatique".

"Nous sommes en crise", a déclaré M. Biden lors de l'événement qui avait lieu dans son fief de Wilmington, dans le Delaware. "Tout comme nous devons être une nation unie pour faire face au Covid-19, nous avons besoin d'une réponse nationale et collective au changement climatique". Parmi les personnalités présentées samedi figure l'élue du Nouveau-Mexique Deb Haaland, choisie pour diriger le ministère de l'Intérieur, qui supervise notamment les ressources naturelles des terres fédérales, comme les parcs nationaux et les refuges pour la faune. Mme Haaland deviendra la première Amérindienne à occuper un poste de ministre si sa nomination est confirmée par le Sénat.

Le retour dans l'accord de Paris

M. Biden a déclaré que son gouvernement s'efforcerait de moderniser les infrastructures de l'eau, des transports et de l'énergie afin qu'elles soient mieux équipées pour résister aux conditions climatiques extrêmes - et qu'il créerait de nombreux emplois dans le cadre de ce processus. M. Biden a aussi indiqué vouloir construire 500.000 stations de recharge pour les véhicules électriques et 1,5 million d'habitations et logements sociaux économes en énergie. Il a également annoncé la création "immédiate" de 250.000 emplois pour fermer des millions de puits de pétrole et de gaz(...)


Lire la suite sur Paris Match