Biden demande la démission des procureurs nommés par Trump, sauf celui qui enquête sur son fils

·2 min de lecture

Le département de la Justice de l'administration Biden va demander la démission des procureurs fédéraux nommés durant la présidence Trump. À part celles de deux procureurs, en charge d'enquêtes sensibles.

Le ministère américain de la Justice prévoit de faire table rase de l'administration Trump. Selon CNN, l'administration Biden doit demande ce mardi la démission des procureurs fédéraux nommés par le milliardaire et confirmés par le Sénat. Seuls deux devraient conserver leurs postes : David Weiss et John Durham, en charge de dossiers sensibles. Le premier, du Delaware, enquête sur les accusations de fraude fiscale à l'encontre de Hunter Biden, le fils cadet du nouveau président. Le second, du Connecticut, a été chargé par l'administration Trump de faire toute la lumière sur les prémices de ce qui finira par devenir «l'enquête russe» sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et la Russie, accusée par les services de renseignement américains d'avoir déstabilisé l'élection de 2016. Certains, dont la nomination par intérim n'avait pas encore été validée par le Sénat, devrait rester en place, à l'image de Michael Sherwin, du district de Washington, en charge de l'investigation sur l'invasion du Capitole par des partisans de Donald Trump, le 6 janvier dernier.

Le «Washington Post» rappelle qu'une décision similaire avait été prise par Donald Trump avec les 46 juges nommés par Barack Obama et par Bill Clinton avec ceux nommés par George H. W. Bush. George W. Bush et Barack Obama avaient laissé les magistrats en place.

La nomination du ministre de la Justice bientôt examinée au Sénat

La décision de laisser en place le procureur en charge de l'enquête sur son fils Hunter est un gage d'indépendance pour Joe Biden. Ce dernier avait confirmé, peu après l'élection, que son cadet faisait l'objet d'une enquête et promis une claire indépendance de la justice et que les membres de sa famille, dont Hunter,(...)


Lire la suite sur Paris Match