Biden dénonce le suprémacisme blanc, en rendant hommage aux victimes d'une tuerie raciste

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© NICHOLAS KAMM / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Joe Biden  a dénoncé avec véhémence mardi le "poison" du suprémacisme blanc et ceux qui contribuent à le répandre, après une tuerie raciste qui a fait dix victimes samedi à Buffalo (nord-est). Dans cette ville de l'état de New York, où un jeune homme adepte de théories complotistes telles que celle du "grand remplacement" a commis un massacre au fusil d'assaut samedi, le président américain a parlé d'un acte de "terrorisme". Évoquant cette thèse raciste du "grand remplacement", Joe Biden, très ému, très solennel, a asséné : "J'appelle tous les Américains à rejeter ce mensonge et je condamne tous ceux qui le répandent pour gagner du pouvoir, des voix, de l'argent."

"Ceux qui prétendent aimer l'Amérique ont donné trop de combustible à la haine et à la peur", a encore lancé le démocrate de 79 ans, sans toutefois mentionner de noms ou d'affiliation partisane. "Ce venin, cette violence ne peuvent pas être l'histoire de notre époque", a-t-il plaidé, alors que les États-Unis ont connu ces dernières années plusieurs tueries visant des Afro-Américains, des Juifs, des personnes d'origine latino-américaine.

>> LIRE AUSSI - Ce que l'on sait de la tuerie raciste à Buffalo, dans l'État de New York

Fraises et gâteau d'anniversaire

Joe Biden avait entamé son discours avec des mots de réconfort pour les familles : "le temps viendra" où le souvenir des disparus "mettra un sourire sur vos lèvres avant de faire monter les larmes à vos yeux", a promis ce président dont la vie a été émaill...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles