Biden, Chine et Porsche : les informations de la nuit

EVELYN HOCKSTEIN / REUTERS

Pour Joe Biden, la pandémie de Covid-19 est « terminée » aux États-Unis. Dans un entretien accordé à la chaîne CBS et diffusé diamanche soir, le président Joe Biden a affirmé que la pandémie de Covid-19 était « terminée » aux États-Unis. « Nous avons toujours un problème avec le Covid. Nous travaillons toujours beaucoup dessus, mais la pandémie est terminée », a-t-il soutenu. Le Washington Post souligne que « des centaines d’Américains continuent à mourir du Covid tous les jours » et craint que les les déclarations du président « ne compliquent les efforts de son gouvernement – jusqu’ici infructueux – pour obtenir du Congrès des fonds supplémentaires pour développer plus de vaccins et de traitements contre le coronavirus, et prendre d’autres mesures pour combattre le virus ». Lors de son intervention, Joe Biden a également assuré qu’il n’avait pas encore pris de décision définitive quant à sa candidature à un second mandat en 2024, et a affirmé que les États-Unis défendraient Taïwan si la Chine venait à envahir l’île.

Chine : vingt-sept morts dans un accident d’autocar transportant des « cas contact ». Le véhicule était affrété par le gouvernement de la province de Guizhou pour conduire des « cas contact » vers un lieu de quarantaine anti-Covid. L’accident, qui a également fait vingt blessés, « a provoqué la colère des internautes contre les strictes restrictions imposées par les autorités » dans le cadre de sa politique « zéro Covid », écrit le South China Morning Post. Le gouvernement a assuré dans un communiqué qu’il allait « tirer les leçons de cet accident, examiner les conditions de mise en quarantaine et de transport des personnes touchées par l’épidémie, ainsi que les problèmes de sécurité routière ».

Porsche sera introduit en Bourse le 29 septembre. Avec un prix de l’action situé entre 76,50 et 82,50 euros, le légendaire constructeur de bolides, détenu par le groupe allemand Volkswagen, sera valorisé jusqu’à 75 milliards d’euros. Volkswagen placera en Bourse 12,5% du capital de sa filiale, espérant ainsi dégager jusqu’à 9 milliars d’euros. Le groupe allemand a précisé « qu’il utlisera près de la moitié du produit de la vente pour verser un dividende exceptionnel à ses actionnaires, tandis que le reste sera affecté par le constructeur au financement de la transition vers la voiture électrique », explique le Financial Times.

[...] Lire la suite sur Courrier international