Biden candidat en 2024 : papy fait de la résistance

·1 min de lecture

Lors de sa première conférence de presse en tant que président, ce 25 mars, Joe Biden a confirmé qu'il envisageait bien se présenter pour un second mandat en 2024. N'en déplaise à sa vice-présidente, la jeune et ambitieuse Kamala Harris, qui reste, selon Biden, avant tout une "très bonne partenaire"...

Lui c'est Joe, pas Rodrigue. Le nombre des années à une sacrée valeur à ses yeux et il a si longtemps attendu son heure, qu'aujourd'hui il se verrait bien roi pour l'éternité. Quatre ans de plus et pourquoi pas, a donc expliqué il y a quelques jours, Joseph Robinette Biden Jr, pourtant tout juste installé sur son trône. Bien sûr, c'était un peu pour galéjer. On l'a tant moqué sur son âge canonique- 78 ans, faut-il le rappeler - ses gaffes à répétition, sa mémoire défaillante alors qu'il ne souffre que de ce bégaiement qu'avec beaucoup de patience il a appris à dompter. Alors ce brave Joe prend sa revanche. Depuis l'investiture du 20 janvier, il n'avait cessé de repousser l'exercice toujours périlleux de la toute première conférence de presse, au point de battre le record d'un lointain prédécesseur, la taciturne Calvin Coodlige surnommé " Silent Cal ". Les Républicains s'en donnaient à cœur joie sur ce mutisme prolongé : Joe a peur de s'emmêler les pinceaux, il ne tiendra pas le choc, sans Barack (Obama) pour souffler les réponses, il n'y a plus personne. Même les médias amis -en somme presque tous les médias- s'agaçaient. Il fallait rappeler à tout ce petit monde que...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Biden, la diplomatie à coups d’imprécations morales"

Immigration : Biden veut rompre avec l'héritage de Trump sans être trop accueillant

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

États-Unis : pendant que Biden trime, Trump frime

Avec l'Iran, Biden opte pour le dialogue de la canonnière... pour l'instant