Biden autorise l'Ukraine à frapper des cibles en Russie pour défendre Kharkiv

Le président américain Joe Biden à Philadelphia, le 29 mai 2024 en Pennsylvanie (Mandel NGAN)
Le président américain Joe Biden à Philadelphia, le 29 mai 2024 en Pennsylvanie (Mandel NGAN)

Joe Biden, qui s'y refusait jusqu'ici, a donné son feu vert pour que l'Ukraine frappe sous certaines conditions des cibles sur le sol russe, dans la région de Kharkiv, a indiqué jeudi un responsable américain.

"Le président a donné pour mission à son équipe de faire en sorte que l'Ukraine puisse utiliser des armes américaines afin de contre-attaquer dans la région de Kharkiv, de manière à riposter lorsque les forces russes les attaquent ou se préparent à les attaquer", a affirmé cette source.

Ce responsable, qui a requis l'anonymat, a toutefois ajouté que les Etats-Unis continuaient à s'opposer à des frappes ukrainiennes en profondeur sur le territoire russe.

"Notre position d'interdiction de l'utilisation d'ATACMS ou de frappes en profondeur à l'intérieur de la Russie n'a pas changé", a-t-il dit.

Les ATACMS sont des missiles de longue portée fournis par les Américains à l'Ukraine, pouvant aller jusqu'à 300 km de distance.

Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, est la cible quasi-quotidienne de bombardements venant principalement du territoire russe.

La Russie a lancé début mai une offensive dans la région, et gagne du terrain face à une armée ukrainienne en difficulté.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken avait laissé entendre mercredi que les Etats-Unis avaient infléchi leur position en termes de frappes ukrainiennes sur le sol russe.

"Alors que les conditions ont changé, alors que le champ de bataille a changé, alors que la Russie a modifié la manière de conduire son agression, nous nous sommes adaptés et ajustés et je suis convaincu que nous continuerons de le faire", avait-il dit à la presse lors d'une visite en Moldavie, pays frontalier de l'Ukraine.

Le revirement opéré par M. Biden intervient après des semaines de tractations en coulisses entre la Maison Blanche, des hauts responsables de l'armée et du Département d'Etat, consécutives au lancement de l'offensive russe sur Kharkiv le 10 mai.

L'Ukraine avait demandé le 13 mai la permission d'utiliser des armes américaines pour frapper des cibles sur le territoire russe. Le président américain avait donné son accord de principe le 15 mai.

Joe Biden s'était ensuite entretenu avec Antony Blinken au retour de celui-ci d'une visite à Kiev plus tôt en mai, avant d'entériner ces derniers jours sa décision, qui est restée secrète jusqu'à devenir effective jeudi.

De son côté, l'Otan pousse les capitales occidentales à lever des restrictions qui "lient les mains dans le dos des Ukrainiens", selon les termes de son secrétaire général, Jens Stoltenberg, une position à laquelle se sont ralliés plusieurs pays, dont la France.

Le Kremlin a pour sa part reproché à l'alliance atlantique de lancer "un nouveau cycle d'escalade".

aue/eml/cha/tmt/juf