Biden annonce la fin du soutien américain dans la guerre au Yémen

·2 min de lecture

Reconquérir le rôle de l'Amérique dans le monde et remettre ses valeurs au centre de la politique étrangère américaine. C’est ainsi que Joe Biden a décrit la diplomatie qu’il entend mener. Le président américain s’est rendu ce jeudi au département d’État. C’est la première administration à qui il rend visite depuis son investiture. Il a opté pour un ton ferme à l’égard des pays qui attentent aux droits de l’homme et à la démocratie.

Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

L’Amérique est de retour, la diplomatie est de retour entame Joe Biden. Et le président américain déroule ses intentions: rebâtir les alliances des États-Unis et rester ferme face aux pays qui portent atteinte aux droits de l’homme, avec un message direct à la Russie.

« J’ai clairement dit au président Poutine, de manière très différente de mon prédécesseur, que la période où les États Unis acceptaient les actes agressifs de la Russie, les interférences dans nos élections, les cyberattaques, l’empoisonnement de ses citoyen, était terminée. »

Joe Biden s’est aussi engagé à mener tous les efforts nécessaires pour mettre un terme à la guerre au Yémen et a annoncé l’arrêt du soutien américain aux efforts de guerre de l’Arabie saoudite dans ce pays.

« Nous renforçons nos efforts diplomatiques pour mettre fin à la guerre au Yémen, une guerre qui a créé une catastrophe humanitaire et stratégique. J’ai demandé à mon équipe chargée du moyen orient d’appuyer les efforts des nations unies pour imposer un cessez le feu, ouvrir un couloir humanitaire et restaurer les négociations de paix en sommeil depuis longtemps. Ce matin, le secrétaire d’Etat a nommé Tim Lenderking, un diplomate de carrière comme envoyé spécial sur le conflit au Yémen. Et ses efforts diplomatique seront renforcés par l’agence US AID pour s’assurer que l’aide humanitaire parvient au peuple yéménite qui endure une dévastation insupportable. Cette guerre doit cesser. Et pour souligner notre détermination, nous mettons fin à tout soutien américain aux opérations offensives dans la guerre au Yémen, y compris aux ventes d'armes. »

Pour illustrer sa volonté d’une Amérique plus ouverte, le président a enfin annoncé que les États-Unis accueilleraient l’année prochaine 125 000 réfugiés. Une hausse spectaculaire, Donald Trump a limité à 15 000 le nombre de personnes pouvant bénéficier du droit d’asile cette année.