Biden affiche sa fermeté lors de son échange avec Poutine qui appelle à une «normalisation»

·2 min de lecture

Joe Biden et Vladimir Poutine se sont parlé au téléphone. Le nouveau président américain s'est entretenu mardi avec son homologue russe Vladimir Poutine pour la première fois depuis son entrée à la Maison Blanche, il y a une semaine. Au menu, plusieurs dossiers au cœur des tensions entre les deux pays. Joe Biden n’a pas évité les sujets qui fâchent.

Du traitement des manifestants par les forces de sécurité russes, à l’empoisonnement de l’opposant Alexeï Navalny qu’il juge préoccupant, en passant par le dossier ukrainien : autant de sujets que son prédécesseur préférait soigneusement éviter. Selon le compte rendu de sa porte-parole, le nouveau président américain a aussi évoqué les accusations « d’ingérences russes dans l'élection de 2020 » aux États-Unis, la récente cyberattaque géante contre des ministères américains imputée à Moscou, ou encore les informations selon lesquelles la Russie aurait payé des « primes » à des talibans pour tuer des soldats américains.

À lire aussi : Manifestations pro-Navalny en Russie: Moscou accuse Washington d'ingérence

Selon l’agence AP, le Kremlin avait demandé, dès la semaine dernière un entretien avec le nouveau président américain, mais celui-ci avait souhaité d’abord s’entretenir avec ses alliés européens, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne et avec le secrétaire général de l’Otan.

Côté russe, le ton se veut plus conciliant. Dans son compte rendu, le Kremlin souligne que Vladimir Poutine a plaidé pour « une normalisation des relations entre la Russie et les États-Unis », qui selon lui « répondrait aux intérêts des deux pays mais aussi de ceux de toute la communauté internationale ». Dans la foulée, le président russe a soumis un projet de loi qui prévoit de prolonger de cinq ans l'accord russo-américain New Start sur la limitation des armements nucléaires.

À lire aussi : Joe Biden, «russophobe» ou nouvel ami du Kremlin?