Biélorussie: l'UE lance une procédure de sanctions contre Loukachenko et son fils

·1 min de lecture

L'Union européenne a lancé une procédure de sanctions contre le président biélorusse Alexandre Loukachenko, son fils Viktor et treize autres responsables de la répression menée dans ce pays, une procédure contre un chef d'Etat est tout à fait exceptionnelle.

Rarissime en effet, mais l'Union européenne qui n'a pas reconnu les résultats des dernières élections en Biélorussie veut montrer qu’elle désapprouve la répression brutale contre l'opposition. Selon le chef de la diplomatie européenne Josep Borell, c’est en raison du « refus des autorités biélorusses d'engager un quelconque dialogue avec l'opposition » que les 27 ont décidé de sanctionner le président Loukachenko et son entourage.

Les sanctions signifient une interdiction de visa et un gel des avoirs qui entraîne le blocage des comptes bancaires, la confiscation des biens de la personne ou de l'entité sanctionnée et le gel des actifs d'une société contrôlée par cette personne. Cela concernerait notamment deux sociétés immobilières appartenant à la famille Loukachenko basées à Chypre. Le fils d'Alexandre Loukachenko, Viktor, est concerné par les sanctions parce qu’il est également son conseiller pour la sécurité et qu’à ce titre il est considéré comme l'un des responsables de la répression.

L'opposition biélorusse demandait à l'Union européenne de frapper au plus niveau pour contraindre le président Loukachenko à se retirer et permettre l'organisation d'une nouvelle élection. Chaque semaine des dizaines de milliers de Biélorusses manifestent depuis le mois d’août pour protester contre la réélection du président Alexandre Loukachenko.