Biélorussie: Loukachenko réunit son «Assemblée populaire pan-biélorusse» sans l'opposition

·1 min de lecture

Six mois après le début de la contestation contre sa réélection, Alexandre Loukachenko réunit durant deux jours à partir de ce jeudi une « Assemblée populaire pan-biélorusse ». Il a promis, à cette occasion, d’évoquer une réforme de la Constitution, mais l’opposition crie déjà à la farce.

2 300 cadres du régime, 300 invités triés sur le volet, issus du secteur de l’économie réelle et pas un seul représentant de l’opposition : « l’Assemblée populaire pan-bélarusse » est organisée à grand renforts de publicité sur les chaînes d’État.

Sur le site dédié à l’événement, on apprend que l’assemblée est constituée à 63% d’hommes et que 76% des participants ont plus de 40 ans. Toujours sur le site, un officiel explique que l’assemblée a été précédée d’un important travail préparatoire, avec des plateformes de dialogue où les citoyens ont pu exprimer leurs opinions politiques.

Dans les faits, aucun représentant de l’opposition qui manifeste depuis six mois, n’a été associé aux travaux. « Nous percevons cela comme un cirque, une farce, parce qu’on y emmène des gens loyaux au régime », a expliqué Svetlana Tikhanovskaya, la rivale d'Alexandre Loukachenko à la présidentielle d'août, exilée à Lituanie.

Ces derniers mois, poussé par Moscou, le chef de l’État biélorusse a évoqué des changements constitutionnels, avec la réduction de certaines prérogatives, et a mentionné une éventuelle élection présidentielle anticipée, mais ses détracteurs en doutent.

Pendant ce temps, la répression se durcit. Les arrestations se poursuivent. Selon l’ONG Viasna, le pays compte plus de 200 prisonniers politiques, du jamais vu.