La Biélorussie introduit des peines de prison pour participation aux manifestations

·1 min de lecture
LA BIÉLORUSSIE INTRODUIT DES PEINES DE PRISON POUR PARTICIPATION AUX MANIFESTATIONS

(Reuters) - Le président biélorusse Alexander Loukachenko a promulgué mardi un texte prévoyant des peines d'emprisonnement pour les personnes prenant part à des manifestations anti-gouvernementales ou insultant des représentants de l'Etat, dans le cadre d'une répression sans précédent depuis sa réélection contestée l'an dernier.

Via une série d'amendements au code pénal, Alexander Loukachenko a aussi introduit pour la première fois une mesure prévoyant une peine de quatre ans de prison pour tout individu reconnu coupable d'avoir propagé de fausses informations discréditant l'Etat.

Les sanctions prévues en cas de résistance lors d'une interpellation policière ou d'utilisation de symboles contestataires ont aussi été durcies.

En vertu de la nouvelle loi, toute personne arrêtée au moins deux fois pour avoir pris part à une manifestation, ou insulté un représentant gouvernemental, risque jusqu'à trois ans d'emprisonnement, contre une détention provisoire ou une amende jusqu'alors.

Un activiste a dénoncé des mesures faisant "empirer la situation" en matière de droits civiques et politiques. "Ces lois ne sont en fait plus contre les manifestations, mais contre toute opposition", a dit Valentin Stefanovich, membre du groupe Viasna-96.

(Matthias Williams et Mark Heinrich; version française Jean Terzian)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles