L'UE réclame « la libération immédiate » de l'opposant biélorusse

·1 min de lecture
Après quelques heures, le Boeing 737-8AS a pu reprendre son vol vers Vilnius.
Après quelques heures, le Boeing 737-8AS a pu reprendre son vol vers Vilnius.

Circulez, y a rien à voir. La Biélorussie a assuré lundi 24 mai avoir agi dans la légalité en interceptant un vol commercial après une alerte à la bombe, rejetant les accusations des Européens qui suspectent Minsk d'avoir détourné l'avion pour arrêter un opposant à bord. « Il n'y a aucun doute que les actions de nos organes compétents étaient en conformité avec les règles internationales », a indiqué le ministère des Affaires étrangères sur son site, rejetant les « accusations sans fondement » de pays européens, accusés de « politiser » l'incident. « C'est du point de vue de la sécurité (?) qu'il faut regarder cet incident », a-t-il indiqué en référence à l'alerte à la bombe qui a conduit à l'atterrissage forcé.

Dimanche, l'avion de ligne de Ryanair « a redécollé de Minsk » à destination de la Lituanie, a annoncé sur Twitter la commissaire européenne en charge des Transports, Adina Valean, vers 17 h 15 GMT.

L'ambassadeur biélorusse convoqué

Quelques heures plus tard, l'ambassadeur de Biélorussie à Paris a été convoqué au ministère français des Affaires étrangères. « L'ambassadeur de Biélorussie en France (Igor Fissenko, NDLR) a été convoqué ce soir au Quai d'Orsay à la demande du ministre Jean-Yves Le Drian », a déclaré le ministère à l'Agence France Presse. Le ministre français des Affaires étrangères avait dénoncé peu auparavant dans un tweet un acte « inacceptable » et réclamé une « réponse ferme et unie » de l'Union européenne. Des ressortissants françai [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles