La Biélorussie force un avion à atterrir pour arrêter un opposant

·3 min de lecture
LA BIÉLORUSSIE FORCE UN AVION À ATTERRIR POUR ARRÊTER UN OPPOSANT

par Andrey Ostroukh et Andrius Sytas

MOSCOU (Reuters) - La Biélorussie a forcé dimanche, sur ordre du président Alexandre Loukachenko, un avion de Ryanair transportant un opposant à atterrir à Minsk, un incident qui pourrait lui valoir des sanctions de la part de l'Union européenne.

L'appareil, qui effectuait la liaison entre Athènes et Vilnius, a été contraint de changer de direction par un avion de chasse MiG-29 alors qu'il traversait l'espace aérien biélorusse, a déclaré la présidence lituanienne.

L'avion s'est posé à Minsk, où les autorités biélorusses ont arrêté l'opposant Roman Protasevitch, qui était à bord.

Ce blogueur était recherché depuis les manifestations de l'an dernier contre la réélection jugée frauduleuse de Loukachenko en août 2020.

La Biélorussie s'expose à de possibles sanctions qui seront débattues lundi par les dirigeants de l'UE, a écrit sur Twitter Barend Leyts, porte-parole du président du Conseil européen, Charles Michel.

La Lituanie a réclamé une réponse de l'Union européenne et de l'Otan, l'Allemagne a demandé des explications immédiates et la présidente de la Commission européenne qualifié le comportement de la Biélorussie de "tout à fait inacceptable".

Les responsables de ce qu'elle appelé le "détournement" du vol de Ryanair doivent être sanctionnés, a déclaré Ursula von der Leyen sur Twitter avant de réclamer la libération immédiate de Roman Protasevitch.

Même réprobation de la part de la France par la voix de son ministre des Affaires étrangères.

"Une réponse ferme et unie des Européens est indispensable", lit-on sur le compte Twitter de Jean-Yves Le Drian.

L'Otan n'a pas tardé non plus à réagir, qualifiant l'incident de "sérieux et dangereux" en estimant qu'il nécessitait une enquête internationale.

L'avion, qui transportait quelque 170 passagers selon Vilnius, était presque arrivé en Lituanie lorsqu'il a été escorté jusqu'à Minsk en raison de rumeurs évoquant la présence d'explosifs à bord, a rapporté l'agence de presse biélorusse Belta.

Aucun explosif n'a été découvert, a-t-elle ajouté.

L'AVION SE POSE À VILNIUS

L'équipage de l'appareil a été notifié par la Biélorussie d'un risque potentiel pour la sécurité à bord et a reçu pour instruction de détourner l'avion sur l'aéroport le plus proche, Minsk, a expliqué Ryanair.

L'avion s'est posé sans problème, les passagers ont été débarqués et des contrôles de sécurité ont été effectués par les autorités locales, a ajouté la compagnie aérienne, qui a qualifié l'incident de regrettable et échappant à son contrôle.

L'appareil a ensuite décollé de l'aéroport de Minsk avec ses passagers à son bord pour se diriger vers Vilnius, a déclaré la commissaire européenne aux transports, Adina Valean.

"Excellente nouvelle pour tout le monde, en particulier pour les familles et les amis des personnes à bord", a-t-elle écrit sur Twitter.

Le vol FR4978 a finalement atterri à Vilnius à 18h25 GMT, a annoncé Ryanair.

Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994 dans l'ancienne république soviétique, a personnellement ordonné le déroutement de l'appareil, a encore rapporté Belta.

Roman Protasevitch est l'un des fondateurs du blog d'opposition NEXTA sur l'application Telegram, qui est devenue l'une des principales sources d'information sur les manifestations dans le pays.

La Lituanie a vivement protesté.

"J'appelle l'Otan et les alliés de l'Union européenne à réagir immédiatement à la menace que représente le régime biélorusse pour l'aviation civile internationale. La communauté internationale doit prendre immédiatement des mesures pour que cela ne se répète pas", a déclaré le président Gitanas Nauseda.

(version française Jean-Stéphane Brosse et Patrick Vignal)