"On a besoin de ces restos" : la galère des routiers toujours privés de restaurants à cause du confinement

franceinfo
·1 min de lecture

Ils sont les oubliés de l'allègement du confinement annoncé mardi 24 novembre par Emmanuel Macron : les restaurateurs ne pourront pas rouvrir leurs portes avant janvier 2021. Victimes collatérales de cette fermeture prolongée : les chauffeurs routiers. Même s'ils peuvent compter sur 250 relais ouverts exceptionnellement en France, c'est loin de suffire pour tous les accueillir sur leur trajet. Ils sont des milliers et leur quotidien est devenu pénible.

À la tombée de la nuit, sur un parking proche de l'autoroute A13, dans les Yvelines, une dizaine de poids lourds sont garés en file indienne. Les chauffeurs s'arrêtent après de longues heures de route. Sébastien conduit depuis neuf heures, il descend de sa cabine qui est aussi son dortoir : 2 mètres carrés à peine. "C'est pour ça qu'on apprécie le soir d'avoir un repas chaud, explique ce routier. Comme ça on n'a pas besoin de faire la cuisine dans le camion, puis de dormir avec les odeurs."

S'organiser en fonction des relais ouverts

Son repas chaud, Sébastien va le prendre au Bon Accueil, un hôtel-restaurant au bout du parking. Il a su qu'il était ouvert grâce au bouche-à-oreille entre collègues, car peu de relais routiers servent en ce moment. "C'est très compliqué pour l'organisation de la journée car il faut (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi