ARCHIVES - Quand Bertrand Tavernier racontait sa passion ardente pour le western

·1 min de lecture

Tout ce qui touchait au monde du cinéma passionnait le cinéaste Bertrand Tavernier, décédé ce jeudi à 79 ans. Mais il y avait tout de même une gradation parmi ses coups de cœur. Et le western arrivait indéniablement en bonne place, comme il le racontait au micro d'Europe 1 en avril 2019. "Je pense que le western est un genre très, très stimulant pour les metteurs en scène", estimait-il. A l'époque, "il a permis d'aborder le thème de la colonisation, ce qui veut dire le rapport avec les étrangers, le rapport avec les Indiens", notamment aux Etats-Unis, donnait-il en guise d'explication.

>> Retrouvez Votre grand journal du soir en replay et en podcast ici

"Une manière d'aborder les problèmes raciaux"

"Pendant très longtemps, les films hollywoodiens, et ce que je dis n'est pas non plus complètement vrai parce qu'il y avait des films muets très pro-Indiens, traitaient largement les Indiens comme des sauvages", rappelait-il. "Et puis, petit à petit, à partir de La flèche brisée, les choses ont changé. Tout à coup, on s'est aperçu que le western était aussi une manière d'aborder les problèmes raciaux."

Grâce à sa double casquette de metteur en scène et de producteur, Bertrand Tavernier était par ailleurs capable d'apprécier ce genre cinématographique à plus d'un titre. "J'aime le western sous deux formes. Je l'aime évidemment en tant que film, quand il est tourné par des grands cinéastes", expliquait-il d'abord à notre micro. Mais aussi en tant qu'objet de patrimoine. Il se f...


Lire la suite sur Europe1